SOUS LES ARBRES II



 

APRÈS LA NUIT...

 

Après une nuit tiède et calme où tout semblait intact et ne plus vouloir bouger… 

au petit matin, le jardin s'est paré de nouvelles feuilles de lierre, entières et d'un vert tendre et neuf…

une colonie de fourmis s'est formée au pied d'un arbre, et quelques coquelicots se déplient au soleil naissant

 

La nuit appartient aux miracles… chaque matin est une découverte pour les yeux et le coeur…

 

Que vienne la prochaine nuit "Sous les Arbres" des jardins et des forêts.

 

 

 JOUR DE SOLEIL !...

 

Il y a des jours qui ne ressemblent pas aux autres…

des jours où on se sent plus vivante… plus légère, plus ensoleillée...

des matins où on a l'impression que le monde tourne pour vous… rien que pour vous.

 

Des jours "Soleil" où le ciel paraît plus haut, comme dégagé de ces nuages bas

qui vous emprisonnaient petit à petit

ou les Dieux deviennent vos complices… vos compagnons, vos meilleurs amis...

Des jours où la couverture de brume qui vous enveloppait s'évapore comme par magie…

 

J'aime cette sensation de légèreté

J'aime ces jours ensoleillés…

 

 

 

CORSICA...

 

Le moment de nos jolis rendez-vous se termine...

mais je reviendrai peut-être un jour

sur tes sommets sauvages et fières

pour encore admirer tes côtes et tes rivières

me promener dans tes villages perchés autour des tes clochers

pour voir si tu es toujours aussi belle

et pour me "fabriquer" de nouveaux souvenirs…

 

 

 SOUS LE SOLEIL EXACTEMENT 

 

L'été s'accroche aux journées brûlantes et ne veut plus s'en aller

les jardins sont fatigués… les arbres assoiffés et contrariés…

C'est pourtant gai l'été… 

mais maintenant, il devrait se montrer "raisonnablement" plus discret

et s'éloigner calmement… sur la pointe des pieds… 

 

 


AU CLAIR DE LA LUNE…


Souvent en regardant un croissant de lune...

on se retrouve soudain projeté dans les années bleues de nos quinze ans...

celles qui restent à tout jamais les plus vivantes... 

et qui reviennent régulièrement devant notre porte pour nous rendre ce qu'on a perdu…


Et au fil des souvenirs… on redevient si léger qu'on peut rejoindre comme "par magie" 

la gondole  éclairée qui nous regarde en souriant… et s'y balancer comme dans un hamac 

qui n'en finirait pas de nous bercer…


Alors quand une musique du passé rejoint un croissant de lune un soir d'octobre… 

c'est toute une vie qui revient comme une caresse pour nous accompagner dans notre sommeil…

 

 

LE VENT DANS LES PEUPLIERS

 

Il suffit qu'un après-midi d'automne, dans une rue ombragé de la ville... 

un vent tiède traverse le sommet d'un peuplier

pour que le bruit assourdi des feuilles qui dansent me fasse lever la tête en souriant…

 

Moment de grâce ultime que cet instant où le temps s'arrête pour un bonheur furtif et si intense…

 

Entre le claquement d'ailes  d'une  palombe et l'écho du vent dans les feuilles d'un peuplier

 

J'hésite...

 

 

 

OMBRE D'AUTOMNE…

 

Elle se trouvait très belle la grande feuille sur le figuier…

 

elle se trouvait tellement belle qu'elle a voulu se multiplier...

 

elle était si fatiguée de sa longue vie du printemps à la fin de l'été

 

que son ombre s'est reposée un instant sur l'oreiller…

 

à l'ombre de son figuier

 

 

 

 

LE GÉANT EST BLÉSSÉ...

 

Il est blessé le grand bateau blanc qui affrontait la mer par tous les vents…

il est couché sur le côté le navire du soleil et des croisières de l'été

 

Redresse-toi grand géant courageux de méditerranée ! 

les hommes de la grande et belle citée vont t'aider à te relever…

bientôt tu vas pouvoir repartir de l'autre coté et retrouver  ton île enchantée... 

 

 

 

 

VIVE LES PALOMBES !


La colonie de palombes qui  grandit de printemps en printemps 

s'est rapprochée de mon jardin…


La nuit, elles habitent au coeur de la la colline

et au petit jour elles viennent s'installer plus bas... 

tout en haut du grand chêne, juste à la lisière de mon jardin


Et là, c'est l'enchantement qui commence…

avec ces va-et-vient de branches en branches… 

où chaque déplacement s'accompagne de ce bruit étrange et magique

sec et feutré en même temps…

 

C'est fou ce que j'aime le bruit du claquement des ailes de palombes !
C'est fou comme j'aime encore plus  mon jardin au petit matin…

 

 

 

 

" Le véritable  amour naît un soir entre un sourire et un mot resté écrit en nous" 

 


 "ENTRE UN SOURIRE ET UN MOT"


À Portoferraio…

il y partout le bleu de la mer 

des pierres écrasées de soleil 

et juste en face des bateaux

 

un mur qui parle d'Amour...

 

* * *

 

NOS CATHÉDRALES…

 

Nos enfants sont nos cathédrales… 

 

ce que nous ressentons pour eux est cette pureté incommensurable qui submerge tout… 

 

et partout où se trouve cette pureté, il y a l'incommensurable.

 

 

 


VERS L'IMMATÉRIEL 


Il y a des instants où on se sent pareil au derviche tourneur

quand le corps s'envole et qu'il plane malgré lui...

 

Et quand vous voulez résister 

vous  arrêter pour revenir dans le réel… 

dans la vie terrestre, celle des hommes...

une musique silencieuse vous entraine vers l'impalpable… 

et l'immatériel et fait résonner en vous l'écho du sacré.


 

LA CHANSON DES FEUILLES...

 

Quand le vent de la pluie s'enroule autour du grand chêne

aux feuilles roussies par l'automne

une musique pure et claire comme le cliquetis d'un cristal

chante dans le jardin endormi…

Et c'est beau… c'est mon cadeau de Noël à moi…

celui qui ressemble à mes rêves de ce soir…

celui que je partage par la pensée… pas si loin…

juste à un vol de palombe de mon ciel de la nuit.

 

 

 

 

"TOUT EN CIEL"

 

Le ciel est le plus grand peintre de la création

sa palette de couleur se multiplie à l'infini...

Ses tableaux ne sont pas à vendre car ils n'ont pas de prix

ils appartiennent à chacun… au monde entier

C'est l'art du pauvre et de tous ceux qui savent regarder...

chaque seconde invente sa nouvelle toile, unique… inimitable !

 

La grande peinture des nuages ne se vent pas…

Dieu s'y oppose fermement… c'est son cadeau permanent.

 

 

INFINIMENT ROSE...

 

Ce matin, juste avant l'arrivée du soleil… le ciel s'est embrasé et le rose a pris la vedette. 

Rien ne lui a résisté… toute la nature environnante avait la même couleur... 

une couverture rosée comme dans les films faits pour les enfants sages le jour de Noël.

Cet incendie sans flamme colorait les façades des maisons, les pavés des chemins

et tous les arbres des jardins et des collines

 

J'aime ces rendez-vous avec les nuages quand ils me racontent leurs poèmes...

leurs voyages et leurs secrets...

 

 

 

 

WINGS...

 

Ça commence par des petits picotements au niveau des épaules, là…

juste derrière… de chaque coté.

 Et puis ça grandit sans douleur, tout en douceur…

et petit à petit, de légers duvets commencent à se développer

à prendre de la vigueur pour devenir de majestueuses

plumes d'anges… et c'est bien vrai… vous avez des ailes dans le dos.

Alors toute étonnée vous n'osez plus bouger

et vous ne comprenez pas ce qui arrive à votre corps…

mais quand vous reprenez votre air en fermant les yeux…

vous commencez à quitter le sol progressivement…

à vous balancer jusqu'à vous étourdir et vous avez peur de tomber…

mais vous ne tombez pas… vous restez au dessus du sol, libre et légère…

 

Enfin vous avez des ailes !… vous survolez tout ce qui vous semblez impossible

et vous avez envie de le crier aux nuages que vous pouvez presque caresser…

et qu'importe si personne ne vous entend…

 

Vous, vous le savez... vous avez des ailes !  vous avez des ailes !...

 


Le PASSANT


Dans la grisaille et le silence de l'après-midi… 

un aigle de Bonelli à survolé le ciel de mon jardin en poussant des cris stridents…

mais je n'ai pas réussi à comprendre ce qu'il disait.


 

Derrière les collines et les falaises calcaires, l'écho de l'aigle du soleil m'a parlé ce matin… 

et voilà ce que j'ai entendu malgré le Mistral qui soufflait et faisait chanter la forêt.


 L'AIGLE ET L'ÉCHO…

 

Je suis le petit aigle de méditerranée aux couleurs clairs et chamarrées

Je n'aime que la douceur de l'air et les senteurs des garrigues poivrées…

De là où j'ai mon nid, j'ai toujours un regard vers les golfes de méditerranée

Comme toi je protège "mes petits" afin qu'ils puisent mieux s'envoler...

Comme toi mon royaume est au sud et je veux y rester… enfin protégé

Comme toi,  j'aime plus que tout… LA LiBERTÉ

 

 

L'ÉLOIGNEMENT…

 

 

 " À force de pas savoir vous aimer... les gens deviennent des étrangers "

 

 

 

DES MOUTONS DANS LE CIEL !…

 

Ce matin le ciel ressemblait à des petits moutons sur un tapis bleuté

et c'était comme des milliers de "barbes à papa" en cadeau d'anniversaire… 

J'aime les cadeaux de la nature qui me parlent dans le silence du matin… 

 

 

L'AUTOMNE EN HIVER...

 

Je ne veux rien d'autre que ces moments de l'attente de l'autre…

Je veux qu'ils transforment mes couleurs sur des toiles imaginaires

et mes musiques en concerto pour les nuages et le vent...

Je veux que ces heures et ces minutes de doutes et d'éternité

 me consument en douceur et m'élèvent plus haut que le haut...

Je ne veux plus rien d'autre que cette attente grave et légère... 

 

qui demeure suspendue dans les brumes d'un nouvel automne.

 

 

VIVE LA LUMIÈRE !

 

Depuis trop longtemps… les jardins étaient tristes et n'en finissaient pas d'attendre

un peu plus de lumière et de douceur...

et le pays du soleil ne s'habituait plus à ces jours sans fin et à ce ciel bas

qui effaçait les couleurs de la méditerranée... 

et puis... comme un enchantement… le calme est revenu avec le soleil et le chant des oiseaux

qui sont enfin sortis de leur refuge pour manifester leur joie…

Le midi est redevenu le midi… avec tout ce qui lui ressemble et que j'aime tant...

La vie reprend sa place… Vive la lumière !

 

* * *

 

 EN ATTENDANT LE PRINTEMPS…

 

La promesse des jardins s'annonce avec la lumière du matin

et l'explosion timide des premiers bourgeons sur les branches encore dénudées...

Les petites plantes abritées pendant l'hiver demandent à boire

et veulent sortir de leur abri pour s'exposer à la clarté enfin revenue...

L'attente des caresses du soleil ressemble déjà au bonheur...

et de renaissances en renaissances… chaque printemps résonne encore une fois

comme une des plus belles fêtes de la vie

 

 

 


LA TEMPÊTE

 

En quelques heures, le décor a brutalement changé

et la douceur des jardins est malheureusement en suspend…


Toute la nuit le vent a sifflé violemment derrière les portes et fenêtre...

sans jamais s' essouffler, mais toujours  dans une  fureur constante…


Dans la forêt derrière la maison, le bruit assourdissant des rafales entre les arbres

grondait comme des lions en colère prêts à se jeter sur leur proie…

Le ciel est bien capricieux ces jours-ci… mais pas de mélancolie… 

le printemps ne se laissera pas intimider trop longtemps... 

car la fête des jardins est déjà annoncée et rien ne pourra plus l'arrêter


 

DE DÉCADES EN DÉCADES…

 

 

Et de décades en décades… 

on veut changer ses habitudes

comme pour changer sa vie…

comme pour effacer les images des jours mauvais

 

On veut un nouveau décor contre des années 

et des mois de tristesse infinie… 

de lassitude, de désespoir...

 

On veut changer  tout et n'importe quoi 

dans l'espoir fou de renaître, encore une fois

comme si les cendres du passé allaient anéantir à jamais

les heures interminables de l'ancien décor…

celui des brumes au coeur d'un grand  soleil… 

 

 

MES COULEURS  DU JOUR…

 

 Le bonheur… c'est regarder un ciel quand il a ce bleu… 

"indiscutablement"  bleu

C'est être éblouie par les fleurs immaculées de l'acacias

qui se mélangent à la dentelle de ses feuilles déjà installées pour le prochain été...

C'est de se sentir protégée par les grands arbres d'un jardin

quand les verts s'intensifient au fil des jours et des heures de ce nouveau printemps

C'est côtoyer l'éternel palmier, qui n'arrête pas de me parler du sud… 

celui où j'aime être et respirer…

 

 

 


MON CHAT… MON AMOUR...



L'Amour se présente toujours sous des formes différentes mais il reste l'Amour... 

il arrive parfois un jour d'été, apeuré, affamé... avec un regard suppliant… grand comme le monde… et dès qu'il montre le bout de son museau "rose" vous êtes libre de l'accepter ou de le refuser. 

Et au moment même où vous dites  "Oui"  à ce nouvel  Amour, vous savez qu'Il va prendre tous vos instants, votre liberté et qu'il va bouleverser votre vie…


Malgré les chagrins, et le manque encore brulant des chats qui ont partagé votre vie et que vous avez tellement aimé… vous entrez quand même dans l'aventure en acceptant tout ce qu'elle va vous prendre ou vous donner... vous allez malgré tout vous engager sans vous attacher… sans détachement non plus… entier... entière...  vous allez une nouvelle fois entrer dans l'amour en côtoyant la liberté de "l'autre" simplement.


"Accepter un nouvel Amour, c'est prendre un risque, mais c'est vouloir rester vivant"



 

RÉFLEXION AUTOMNALE

 

Et les heures passent… étonnamment, inexorablement…

 

comme une certitude, un grand mystère… une incroyable aventure...

 

Et la vie passe… étonnamment… inexorablement.

 

 

"CIEL DU SOIR"

 

Il y a des soirs où les nuages ressemblent à des montagnes

 

Il y a des soirs où le coeur ressemble un soleil éclatant...

 

 

 

LES COULEURS DE MON CIEL

 

Quand les clameurs de la ville s'endorment enfin...

 le grand spectacle de la nuit s'annonce doucement et m'interpelle en silence.

 C'est mon rendez-vous du soir… mon "CinémaScope" à moi…

Et du plus haut de ma maison, je vois se succéder au loin des milliers de couleurs

 au dessus de la ville et de la mer…

Quelques oiseaux s'attardent et s'appellent avant de retrouver leur nid.

 

Plus besoin de sortir… plus besoin de chercher l'émerveillement ailleurs…

 la communion et le bonheur sont là... devant moi, pour moi... 

juste dans le creux de ma main, à la lisière de mon coeur.

 

 

J'AIME LA LUNE...

 

J'aime la lune quand elle ressemble à une parenthèse éclairée…

et qu'elle prend des allures de ciel d'Orient sous la tiédeur d'un soir d'été.

C'est beau la lune…

 

J'aime les croissants de lune...

 

 

 


L'OMBRE OUBLIÉE…


Surtout ne te retournes pas mon amour…

ton ombre ne fait plus partie de toi 

elle s'est volatilisée sur les "bas cotés" de ta route

et ne te reconnait plus…

elle a fait place à un rai lumineux qui t'enveloppe 

et te protège partout où tu vas… partout où tu iras…


N'aies pas peur des nouveaux jours mon amour…

la nuit ne fait plus partie de ton chemin… 

elle à fait place à un grand soleil qui te révèle à toi même 

qui t'embellit et te ressemble enfin.


Ne te défends plus mon amour… 

regarde devant toi sans te retourner…

car chacun de tes nouveaux pas 

te guident là où tu veux aller...


 

LE SECRET DES ANGES…

 

Chaque matin, de nouvelles et grappes de fleurs maculées 

apparaissaient sur le grand acacia du jardin… 

et j'aime à croire que ce sont des anges nocturnes… 

qui chaque nuit accrochent ces décorations 

comme les lutins sur les sapins à Noël !…

 

Moi je je veux croire que c'est le travail des anges 

d'installer des fleurs blanches sur les arbres du printemps

moi je ne veux croire qu'à ça… 

que ce sont les anges du seigneurs 

qui installent la beauté dans les jardins. 

 

 

ODE À LA TRISTESSE…

 

Enfin… tous les arbres ont revêtu leur gamme de verts à l'infini…

et Ô merveille !… 

 ce décors magique va durer jusqu'à l'automne prochain…

 

Les oiseaux m'accompagnent dans ces heures et ces minutes d'étonnement, 

et sans pudeur… ils le font savoir avec leurs chants qui se prolongent  jusqu'au soir

et je me dis que cette renaissance du printemps

a été créé en tout premier pour les âmes solitaires… éloignées du monde…

 et pour que toute cette beauté remplisse leur coeur d'un bonheur enfin palpable

pour qu'ils puisent voir et entendre le réel… toucher ce qui existe vraiment…

et aussi pour qu'ils puissent eux aussi faire partie de cette grande fête du renouveau.

 

Le printemps, c'est une Ode à la tristesse

une grâce de chaque instant…. 

c'est le grand cadeau des pauvres

.

 Images

Photographies © Gabrielle Ségui

Photo du film "Les ailes du Désir"

"Oliviers-alpilles" Vincent-Van-Gogh

 

                                                                                                                                                                                                        

        

                                                                                                                                                                                                                    SOUS LES ARBRES III